Rôle du cuivre dans la protection des cultures des maladies fongiques et bactériennes.

Rôle du cuivre dans la protection des cultures des maladies fongiques et bactériennes.

traitement_dhiver_sans_protection

Le cuivre(Cu) est l’un des meilleurs fongicides connus jusqu’ à ce jour suivi par le zinc et le manganèse. Ils sont utilisés aussi comme engrais (oligo-éléments dont nos sols en sont pauvres) et en agriculture biologique.Il sont de bons défoliants des AFP, des AFN et de la vigne sous certaines formes (BB, chélates par exemple).Le cuivre est un fongicide de contact qu’il faut donc appliquer exclusivement en préventif, c’est à dire, avant l’installation de la maladie sur la feuille ou le fruit. Il contrôle, en traitements d’hiver, les formes de conservation de plusieurs maladies fongiques comme le mildiou de la vigne, la tavelure du pommier, la cloque du pécher, le Coryneum, les monilioses, et maladies bactériennes comme le feu bactérien des rosacées à pépins. Il est surtout efficace sur les maladies qui nécessitent de l’eau libre pour se développer. Le cuivre dénature les protéines et les enzymes des champignons. Il n’est pas systémique et ne peut donc être véhiculé vers l’intérieur de la plante pour détruire le champignon ou la bactérie une fois à l'intérieur des tissus de la plante(donc après infection).

Plusieurs formulations fongicides de cuivre sont commercialisées en Algérie:

  • Il y a le sulfate de cuivre à 20% de cuivre métallique + chaux agricole, c’est la Bouillie Bordelaise. Exemple : Poltiglia caffaro 20
  • Il y a l’oxychlorure de cuivre avec 50% de cuivre métallique.  Ex.: Cuprocaffaro
  • Il y a l’hydroxyde de cuivre avec 50% de cuivre métallique (ex. Kocide)
  • Il y a le chélate de cuivre avec 14% de cuivre métallique (ex.Tradcrop Cu)

Le sulfate de cuivre à 20% de cuivre métallique ou la Bouillie Bordelaise (depuis 1855) est moins soluble dans l’eau alors que l’oxychlorure de cuivre avec 50% de cuivre métallique en est très soluble. L’oxychlorure de cuivre avec 50% de cuivre métallique est aussi très stable, plus actif et est meilleur en cas de la cloque de pêcher que la bouillie bordelaise.

L’efficacité du cuivre comme fongicide peut être améliorée en réduisant la taille des particules par des procédés technologiques. Les formulations aux particules fines assurent une meilleure couverture de la cible, libèrent plus d’ions de Cu, donc une meilleure efficacité et une longue rémanence sur les champignons.

Le cuivre appliqué comme fongicide sur arbres fruitiers,  agrumes et vigne, vise à protéger surtout les feuilles et les jeunes fruits de l’infection par les champignons et les bactéries. Cette protection dépend de recouvrement et de la bonne rétention du produit par la surface de la feuille.

Des applications fréquentes à faible dose (4-5 kg/ha) sont plus intéressantes que d’appliquer une forte dose (10-12 kg/ha) une seule fois. L’efficacité du cuivre dépend fortement de la quantité de l’élément cuivre (Cu) ou matière active apportée.La teneur des produits cupriques en Cu est variable selon les spécialités commerciales. A titre d’exemples, elle est de :

  • 50% chez Cuprocaffaro (produit Isagro, distribué par Agrichem)
  • 37,5% chez Neoram (produit Isagro distribué par Agrichem)
  • 20% chez Poltiglia caffaro( produit Isagro, distribué par Agrichem)

MAIS : Le cuivre est aussi toxique aux plantes. La phytotoxicité est observée dans les cas suivants:

  • Le cuivre est mélangé dans la cuve à d’autres produits acides (pH<6),
  • En cas d’application de fortes doses en été (10-12 kg),
  • En cas de 3–4 applications successives  avec de fortes doses,
  • En cas d’application sur un fruit mouillé ou tôt le matin,
  • En cas d’utilisation de certaines formulations liquides (solubilité)

 Il faut limiter les apports de cuivre en hiver (nuit à l’activité biologique du sol, donc à la décomposition des feuilles).