Le Pou de San José

Le Pou de San José

 

sanjose-scale-1-1440x1333

Le Pou de San José (PSJ) est un ravageur clé des arbres fruitiers à pépins (ex. pommier, poirier) et à noyau (ex. abricotier, pécher,) en Algérie. C’est un insecte suceur qui injecte dans la plante infestée une toxine lors de son alimentation en provoquant une décoloration (photo). Si le Pou de San José n’est pas contrôlé dans un verger, il peut en causer la mort totale en quelques années. Il est difficile à contrôler une fois bien installé dans un verger. La lutte contre ce ravageur, une fois installé est aussi couteuse. C’est un organisme de quarantaine.

Biologie et conditions favaorables

Le Pou de San José passe l’hiver sous forme d’individus immatures. Au printemps, les mâles ailés s’accouplent avec les femelles aptères (non ailées) pour donner naissance, un mois après, à des larves mobiles (L1) non différenciées, de couleur jaune claire, possédant trois paires de pattes. Les larves se déplacent durant 2 à 3 jours sur les jeunes rameaux et feuilles  de la plante-hôte avant de s’y fixer définitivement et secrètent un bouclier de couleur blanche, puis grise et en fin noire qui les protège. Des larves L1 évoluent sous leurs boucliers en larves L2 puis en femelles adultes alors que d’autres larves L2 évoluent en pronymphe fixe, puis en nymphe de couleur jaune , puis en imago et enfin en adulte mâle ailé.

Le Pou de San José présente au niveau de la Mitidja 3 à 4 générations selon les années :

  • une génération printanière,
  • une génération estivale,
  • une génération automnale et
  • éventuellement une génération hivernale.

La génération printanière apparait 4 à 6 semaines après la floraison du pommier.

La température est le principal facteur physique qui conditionne le cycle évolutif du ravageur, nombre de générations surtout. L’activité de l’insecte débute dès l’élévation de la température (>10°C).

Les stades mobiles (L1) peuvent être transportés d’un arbre (ou verger) à un autre par le vent, les  pattes d’oiseaux et les équipements agricoles.

Gestion

‎Il s’agit avant tout d’empêcher, avec tous les moyens, le ravageur de s’installer dans le verger : choix des plants indemnes à la création du verger, prophylaxie, lutte chimique, etc….

Un bon contrôle chimique du Pou de San José se fait en appliquant un calendrier de traitement comportant des traitements d’hiver, juste avant le débourrement,, aux huiles blanches + des applications insecticides homologués( famille des « régulateurs de croissance ») 4 à 6 semaines après la floraison ou à la chute des pétales, soit en pleine sortie des larves mobiles de la génération printanière (première quinzaine de Mai pour la Mitidja).

Une minutieuse couverture de l’arbre par la bouillie est nécessaire pour les deux types de traitement (hiver et printemps).En effet, la cause principale des échecs des traitements phytosanitaires est la mauvaise couverture de la cible (arbre) surtout avec les produits de contact.(cas des huiles blanches). Il vaut mieux utiliser plus d’eau (2000-2500 l/ha) que d’augmenter la dose de produit.